• JMG

Interviewé par Louise Victoire sur Facebook


C’est avec un grand plaisir que je partage avec vous une interview réalisée par l’auteure Louise Victoire sur le groupe Facebook «Lettres et arts pour les bulots». Un grand merci à elle pour son initiative!


Bonjour à toutes et tous mes chers Bulots,

Heureuse de savoir que vous allez être encore nombreux à nous suivre pour cette nouvelle chronique.

C'est avec plaisir que je vous retrouve pour le «Dimanche des Auteurs» afin de vous faire découvrir une plume...

Mon invité de ce jour a déjà à son actif cinq ouvrages, je vous demande d'accueillir Jean-Michel Gaudron.


Qui es-tu?

Nom: Jean-Michel Gaudron

Âge: 51 ans et des poussières

Marié ou pas: Pacsé depuis 3 ans et d’autres poussières

Nombres d'enfants: Entre 1 et 3 selon les jours, mais un seul (une fille) à moi-même tout seul

Animaux de compagnie (race et nom): aucun.

Nombres de livres parus: 5

Édité ou auto-édité: édité, notamment chez une formidable éditrice qui s’appelle Patricia Galoisy (PGCom Editions). Je ne lui ai fait que deux petites infidélités (mais elle était consentante), avec le Lys Bleu à Paris pour le « dictionnaire » consacré au chanteur Hubert-Félix Thiéfaine, et avec l’éditeur luxembourgeois Dots pour une biographie consacrée à un entrepreneur national (voir plus loin).

Ton péché mignon: les viennoiseries et les gâteaux au chocolat (note de l’auteur: cette page Facebook étant très respectable, il m’est difficile de révéler mon « vrai » péché mignon… et ma compagne ne serait d’ailleurs pas forcément d’accord que je le fasse…)

Un signe particulier: un signe de croix, peut-être? Mais pas de Malt, je n’aime pas la bière… (d’ailleurs, je ne bois jamais d’alcool ni de café… et je ne fume pas non plus… zéro défaut…)

Ton signe astrologique: scorpion ascendant verseau, ce qui vaut toujours mieux que recto ascendant verso…

Une de tes qualités: mon goût pour l’humour (y compris envers moi-même)

Un de tes plus gros défauts: voir trois réponses avant (en toute modestie, évidemment…)

Un objet dont tu ne peux te séparer: celui de tous mes désirs

Ta plus grande force: ma gentillesse

Ta plus grande faiblesse: ma gentillesse

As-tu une phobie: je dirai bien la leucosélophobie, juste pour faire le malin (et merci Wikipédia…)

Quelle est ta tenue préférée: chemise, jeans, chaussures casual

La personne qui compte le plus pour toi: ma compagne Anne-Claire et ma fille Lyorah. Oui, je sais, ça en fait deux. Mais c’est comme ça… Appelons-ça un caprice d’auteur.


L.V: Comme vous le constatez chers bulots, dans un premier temps notre invité à un souci avec la poussière, reste pudique, se vante de n'avoir aucun vice (ou presque...) nous n'en dirons pas plus, mais nous avons tous compris... Et sa phobie est assez normale pour un auteur (leucosélophobie: Crainte qu'éprouve un écrivain de ne pas trouver l'inspiration au moment de commencer ou de poursuivre une œuvre).

Mais nous apprécierons la suite dans le portrait chinois cela promet...


Comment est née ton envie d'écrire? Quel en a été l'élément déclencheur?

J.M.G: Mes parents, bien que non-littéraires, ont toujours eu l’amour des mots et de la phrase juste au juste moment. Il devait y en avoir dans mon biberon… En classe de quatrième, ma prof de français m’a dit que je devrais envisager une carrière littéraire. Ça ne m’intéressait pas spécialement à l’époque de devenir «un écrivain» (car c’était alors, à mes yeux, la seule carrière littéraire possible…). Plus tard, quand je suis devenu journaliste, j’ai beaucoup repensé à cette prédiction.

Quant à l’écriture «littéraire», elle est née de deux concours, dont le premier a été de circonstances: une discussion avec un oncle que je n’avais pas vu depuis longtemps et qui m’a raconté comment il avait été primé à un concours de nouvelles auquel il avait lui-même participé. Alors j’ai fait pareil et pour le tout premier concours de nouvelles auquel j’ai répondu, j’ai été l’un des heureux gagnants. A la clé: la sélection de ma nouvelle dans un recueil publié par une toute jeune maison d’édition qui démarrait alors ses activités. Ainsi est née ma passion (littéraire) avec Patricia Galoisy (PGCom Editions), qui perdure toujours 13 ans plus tard.

Mon imagination et mon envie de sortir du cadre très codifié du journalisme ont fait le reste. Et je n’ai pas perdu le fil, même quand j’ai quitté la profession il y a plus de 4 ans.

L.V: Effectivement je suppose que tu avais une sacrée dose dans le biberon et tant mieux, je te félicite pour ce concours qui a permis de te découvrir cette envie d'écrire des romans. Petite question tout de même tu étais journaliste, mais dans quelle rubrique si je peux me permettre?

J.M.G.:J'ai commencé en tant que journaliste sportif (radio et presse écrite) puis j'ai enchaîné avec du journalisme économique...


Présente-nous tes livres

J.M.G: Il y en a pour tous les goûts! Mon premier recueil de nouvelles, «Tourments», a été écrit à quatre mains, avec Franck Lamaison (un des autres auteurs primés dans le concours fondateur de PGCom Éditions). Nous avons produit chacun 10 nouvelles contemporaines, décalées, humoristiques ou tragiques, avec comme point commun une tendance prononcée pour les événements «tourmentés» de nos protagonistes.

Puis j’ai commis deux recueils de nouvelles (13 à chaque fois) en solo, toujours chez PGCom: «A double sens» (2018) et «Tomber les masques» (2021), avec comme seul fil rouge une unique contrainte «technique»: faire en sorte que les histoires ne se dénouent qu’à la toute dernière phrase, et pas avant.

J’ai également co-écrit avec ma compagne, en 2019, la biographie d’un formidable entrepreneur luxembourgeois (le pays où je vis depuis 15 ans)

Enfin, j’ai publié, quelques mois plus tard, un livre qui était en gestation depuis 2013: «Exercice de simple éducation avec dix fois le mot paradis», une sorte de dictionnaire amoureux qui décode certaines paroles du chanteur français Hubert-Félix Thiéfaine. Un «ovni» sur le plan purement littéraire, mais un plaisir fou à l’écrire et à le faire vivre depuis.

L.V: Ce sont d'énormes défis à chaque fois, écrire à quatre mains n'est pas simple, un dénouement dans la dernière phrase, et ce dictionnaire amoureux... Chapeau. Écrire avec ta compagne a été quel genre d'aventure? Et au final a-t-elle à son tour pris la plume?

J.M.G: Ecrire avec ma compagne a en effet été une belle expérience. Elle aussi a été journaliste par le passé. Et nous nous sommes bien répartis les tâches, avec les aspects plus "techniques" et "économiques" pour moi et les aspects plus "humains" pour elle. Elle s'est depuis lancée elle aussi dans la réaction d'un livre... c'est en cours !


Parle-nous de tes projets, de tes futures envies

J.M.G: Après deux recueils et demi de nouvelles, place au roman! J’ai écrit les deux premiers chapitres pour me donner bonne conscience. Je dois maintenant peaufiner la trame narrative (ça peut servir…) et décider de la fin (ah oui, ça serait bien aussi!! J’ai au moins deux options…). Ne m’en demandez pas plus, je ne parlerai pas, même sous la torture.

L.V: Comment ça tu ne parleras pas!!! Je t’envoie mon équipe de suite. Monsieur fait naître le suspense et nous laisse en plan, je vous laisse seuls juges chers Bulots...

J.M.G: J'attends ton équipe de pied (et de plume) ferme !!!


Cite-nous ton livre favori, ta chanson préférée, ton film culte... Et pourquoi?

Livre: L’Horloge de Pandora (John J. Nance, 1995), un thriller éblouissant et étouffant qui se passe en très grande partie dans un Boeing 747 qui transporte un passager porteur d’un virus pathogène hautement contagieux… et une fin inattendue comme je les aime…

Chanson: «Combien de jours encore» (Hubert-Félix Thiéfaine / Arman Méliès 2021): un texte sublime sur la vie et l’approche inexorable de la fin…

Film: «La Tour Montparnasse infernale» (un film de Charles Nemes (2001) avec Eric et Ramzy). Alors là, c’est de la pure jouissance potache et absurde. Aucune arrière-pensée intellectuelle ou introspective. Je l’ai vu au moins 6 ou 7 fois, tout comme «La Cité de la peur» (le film de Les Nuls en 1994) quelques années plus tôt.

L.V: Je confirme ton choix littéraire et invite les lecteurs a découvrir ce roman, pour Hubert-Félix Thiéfaine je te suis également j'aime la puissance de certains de ses textes. Pour les films on est là bien entendu dans le pur potache comme tu le dis, mais rire fait tellement du bien.


Portrait chinois: Si tu étais...

Un endroit du monde: un coin de Bretagne, entre forêt enchantée et alignements mégalithiques

L.V: J'ai grandi dans cette sublime région et ne peux que valider ce choix


Un animal: un chat, qui n’en fait qu’à sa tête, mais que tout le monde adore câliner et papouiller

L.V: En gros tu avoues être une personne qui aime sa liberté, mais aussi les câlins


Une couleur: un bleu qui tirerait vers le violet

L.V: symbole de fraîcheur, de pureté, de vérité et de sagesse. Elle invite à l'évasion, au voyage et à la découverte. Inspirant la sérénité et le calme intérieur, ce coloris est propice au rêve et à la méditation.


Une célébrité: Gianluigi Buffon (un des plus grands gardiens de but de l’histoire du football italien (et du football tout court) pour ceux qui ne sauraient pas qui il est)

L.V: Merci pour l'info effectivement je ne savais pas ...


Un personnage historique: Napoléon, pour son côté visionnaire et audacieux

L.V: militaire et homme d'État français, premier empereur des Français du 18 mai 1804 au 6 avril 1814 et du 20 mars au 22 juin 1815, sous le nom de Napoléon Iᵉʳ.( Je ramène ma science juste pour le fun)...


Une pièce de la maison: une chambre, pour s’y reposer, mais pas que…

L.V: Très bien, si tu le dis, mais de toute façon on ne veut rien savoir... Je te laisse gérer les commentaires.


Un plat salé: une dinde (ou un chapon) de Noël farcie

L.V: Tu as bon appétit apparemment


Un plat sucré: un fondant au chocolat

L.V: Et il est gourmand le jeune homme


Un élément de la nature: une brise légère

L.V: Un léger souffle qui inspire à la rêverie et qui vous fait sentir vivant


Un objet: un calepin ou un cahier pour prendre des notes

L.V: Objet indispensable pour l'écrivain et le journaliste


Un véhicule: un vélo de route avec des freins à disque

L.V: Monsieur s'avère donc être sportif!


Une lettre de l'alphabet: le M

L.V: selon les religions, de bonheur, de prospérité ou de connaissance


Un chiffre: le 1, le numéro « symbole » des gardiens de but de foot.

L.V: Le nombre 1 est lié à un fort esprit de décision et d'initiative, il est le début de quelque chose, l'énergie qui engendre la création.


Une boisson: un diabolo fraise bien frais

L.V: Je valide, mais je préfère la grenadine …


Une forme géométrique: une sphère parfaite

L.V: La sphère est un symbole de perfection, une représentation du monde et de l'espace.

Si tu devais définir ton animal totem (celui qui te représente, pas celui que tu préfères): un hamster jovial.


L.V: Le hamster est avant tout un symbole d'économie et de préparation aux moments difficiles. Mais le hamster est aussi l'image de la gourmandise, du stockage.


Un dernier mot pour tes lecteurs, une invitation à te suivre...

J.M.G: J’ai créé récemment un mini-site perso (www.livresjmg.com) pour partager mes obsessions textuelles. Pas uniquement mes livres, mais aussi des articles de mon passé journalistique ou des nouvelles inédites que je publie régulièrement. Venez le visiter! Pour votre plaisir et le mien…

L.V: Je remercie Jean-Michel Gaudron d'avoir participé et de s'être confié à vous chers lecteurs et je vous invite à découvrir ses écrits.


Merci Louise! Vous pouvez retrouver son dernier livre «La Vie malgré Nous» ICI.




80 vues