• JMG

Hölderlin, Sturm und Drang, Hypérion


Coucou les gens!


Voici une triple référence en ce mercredi où nous célébrons les Ida (vous en connaissez beaucoup? Moi non…), la mort de Jean de la Fontaine et la naissance de Samuel Beckett. Sans aucun lien de cause à effet, bien évidemment…


«Ils croient voir venir Dieu ils relisent Hölderlin» (dans Les dingues et les paumés)

«Je crache dans ma tête les vapeurs d'ammoniac d'un sturm und drang sans fin au bout du never been» (dans Confessions d’un Never been)

«Là-bas sur l’horizon venant d’Héliopolis en jouant Hypérion» (dans Fièvre résurrectionnelle)


Friedrich Hölderlin était un poète et philosophe allemand (1770-1843), qui fréquenta le Grand séminaire protestant de Tübingen. Il eut entre autres condisciples Hegel ou encore von Schelling (1775-1854), avec qui il partagera l’essor d’un mouvement philosophique baptisé «Idéalisme allemand».


Hölderlin a également été membre d’un autre mouvement politique et littéraire allemand, Sturm und Drang («Tempête et passion»).


Il est aussi l’auteur de plusieurs ouvrages, dont le roman épistolaire Hypérion (le titre complet est Hypérion ou l'Ermite en Grèce), paru en deux parties en 1707 et 1799.


Hypérion (qui est, à l’origine, le nom d’un des Titans de la mythologie grecque, assimilé au Soleil) est aussi une des œuvres majeures du poète romantique anglais John Keats (1795-1821), écrite sous la forme d’une épopée (inachevée) en vers, publiée en 1820. On peut d’ailleurs supposer que c’est plutôt de cette œuvre-là dont HFT parle dans sa chanson.


À vous de vous faire votre opinion!




Publication inspirée de l'ouvrage "Exercice de simple éducation avec dix fois le mot paradis", que vous pouvez trouver ici!!

3 vues