• JMG

Excalibur


Coucou les Gens!


Un petit saut à l’époque d’Arthur (sans les Minimoys) puis un rebond vers celle du Christ, ça vous dit? Tant mieux, c’est au menu, aujourd’hui!


«Et j’ai combattu leur messie à m’en péter l’Excalibur / Pendant qu’les coqs de l’insomnie chantaient trois fois leur imposture» (Psychopompes, métempsychose et sportswear)


Excalibur, c’est le nom de l’épée mythique du Roi Arthur. La légende des chevaliers de la Table ronde veut que seul le jeune Arthur a été capable de se saisir de cette épée, plantée dans un rocher, ce qui fit de lui le roi de toute la Bretagne. C’était sans doute un vendredi, tout lui était permis…


Dans une autre variante, c’est la Dame du Lac, autre personnage-clé de la légende arthurienne, qui aurait remis ladite épée en mains propres à Arthur.


Peu importe…


Non seulement cette épée était incassable et pouvait couper toute matière, mais son fourreau protégeait son porteur de toute blessure, rendant ainsi Arthur invincible. Ce qui ne l’empêcha quand même pas, toujours selon la légende, de se faire trucider à la bataille de Camlann.


Les coqs de l’insomnie qui chantent trois fois leur imposture sont, quant à eux, une allusion directe à l’Évangile de Saint-Mathieu, selon laquelle l’apôtre Pierre, après que le Christ a été crucifié, a renié trois fois son existence avant que le coq ne chante.


Jésus l’avait prédit, le soir même de son dernier repas: «Amen, je te le dis: cette nuit même, avant que le coq chante, tu m’auras renié trois fois», lui avait-il dit. Pierre ne l’avait pas cru… jusqu’à ce qu’il le fasse, ce qui le plongea dans un grand désarroi.


Cocorico… et belle journée à toutes et à tous!




Publication inspirée de l'ouvrage "Exercice de simple éducation avec dix fois le mot paradis", que vous pouvez trouver ici!!



24 vues