• JMG

Ptérodactyles, banana-show, beurdigailles...


Coucou les gens!


Depuis hier, nous sommes en mai! Non seulement, on fait ce qu’il nous plaît, mais on passe un coucou à Marie, puisque c’est son joli mois…


Et si, comme moi, vous ne comprenez pas grand-chose à la citation suivante, ne vous inquiétez pas, c’est normal!


«Les ptérodactyles virent en vrille au-dessus des banana-shows & les beurdigailles font des trilles avec les gomina-yoyos. Les tapons ricanent dans les bois & klaxonnent bambi l'orphelin / Tandis qu'un stégobulle flamboie dans l'air transparent du matin.» (dans Mai, joli mai, mois de Marie)


Certes, les ptérodactyles, oiseaux préhistoriques, ont existé, il y a fort fort longtemps (un temps que les moins de 150 millions d’années ne peuvent pas connaître…).


Mais pour les banana-shows, les beurdigailles (birdy guy?) ou les gomina-yoyos, il faudra se contenter de souffler dans les voiles de ses neurones hyperactifs pour faire avancer le bateau de son imagination…


Selon le propre aveu de HFT, il s’agit de mots inventés de toutes pièces, «pour que ça tourne vraiment» (extrait d’une interview de 2001 citée dans l’excellent blog Cabaret Sainte-Lilith (http://cabaretsaintelilith.hautetfort.com) de Lorelei Soubirous que je vous recommande chaleureusement.)


Et le tapon? Une erreur… Héron! Héron, petit, pas Tapon!


Quant au stégobulle, il semblerait que ce soit «un truc cassé, rouillé, inutile. Un truc sur lequel on se blesse, que certains vont ramasser pour une raison ou une autre. Un truc qu'on croit connaitre, ou reconnaitre, et qui pourtant ne nous dit rien sur "où ça va", ni sur "ce que ça fait". C'est juste une p***** de cochonnerie qui nous dit simplement "T'es en vie."».


Là encore, c’est extrait d’un autre blog (http://otorevek.blogg.org) et cette définition vaut ce qu’elle vaut… mais faute de mieux, on s’en contentera.




Publication inspirée de l'ouvrage "Exercice de simple éducation avec dix fois le mot paradis", que vous pouvez trouver ici!!

2 vues